Best Of Web 2017 : Nos palowans vous racontent !

 

La troisième édition du Best Of Web 2017 s’est tenue les 8 & 9 Juin à Paris et comme l’année dernière, PALO IT en était Sponsor Gold !

Best Of Web 2017 a encore une fois attiré les foules puisque environ 500 personnes – en majorité développeurs – s’étaient réunies pour suivre les meilleurs talks des meetups parisiens de cette année. Au programme : conférences, découvertes, gastronomie et convivialité !

Les Palowans présents vous racontent !

9h00 : Après avoir récupéré nos goodies et avalé le petit déjeuner, nous nous installons en salle de conférence. La journée commence bien ! Le top départ est lancé par Thomas Guenoux, fondateur de CommitStrip. Un petit cours d’histoire plus tard, nous apprenons que selon lui, le développeur full stack n’existe plus. Le développeur universel est né et doit chercher une valeur ajoutée en se spécialisant (Back End, IA, Blockchain, Sécurité …). Il doit penser les choses, devenir responsable et visionnaire pour faire la différence. Nous sortons de la 3ème révolution industrielle et nos choix façonneront notre monde de demain en préparant la 4ème révolution industrielle, celle de l’Intelligence Artificielle. Les experts estiment que l’IA sera au niveau de l’humain de manière générale pour 2040 et qu’il sera supérieur à l’humain d’ici 2060 !

Préparez-vous, d’ici 10 ans, 80% d’entre nous travailleront sur le deep learning, machine learning, l’intelligence artificielle et les technologies du “voice” qui viendront remplacer les interfaces graphiques !

9h30: La conférence suivante porte sur la mise en place de l’accessibilité dans un projet en Agile par Adrien Saunier. Celui-ci nous rappelle qu’on oublie souvent qu’une application web de qualité doit avoir son contenu web accessible aux personnes en situation de handicap et quelque soit l’handicap : daltonisme, problème physique impliquant l’impossibilité d’utiliser la souris, les non-voyants ou encore les personnes ayant des problèmes de concentration.

Quelques cas concrets :

  • On doit pouvoir n’utiliser le site qu’au clavier.
  • L’information ne doit pas être portée que par la couleur.
  • Les images doivent avoir une alternative textuelle afin de permettre aux non-voyants de lire en braille ce que représente l’image.
  • La fonction de zoom doit se faire sans perdre d’informations significatives.

Ces pratiques doivent être mises en place dès le lancement du projet. Il faut inclure des experts de l’accessibilité pour sensibiliser l’ensemble de l’équipe (Po, Devs, UX, QA,…) et ne pas oublier qu’en plus de la revue classique, une revue portant sur l’accessibilité doit être réalisée.Pour y arriver, il existe des normes nationales. RGAA et internationales, notamment W3C et plus particulièrement celles qui portent sur le Web Content Accessibility Guidelines (WCAG 2.0) qui donnent une liste des recommandations pour l’accessibilité.

10h30 : Première pause. C’est le moment d’échanger avec les différents sponsors. Les développeurs se sont précipités sur notre stand pour tenter de gagner l’enceinte intelligente Echo Dot d’Amazon !

On retrouve aussi Yassin qui fait une présentation rapide de son article “Voice IT : une approche sémantique du contrôle vocal d’objets connectés. »

Yassin et son drône avec reconnaissance vocale a attiré les foules sur le stand de Palo IT !

 

11h30 : Les conférences reprennent avec la présentation de Marie-Laure Thuret sur React Storybrook, un environnement de développement pour composant graphique en React.js. Celui-ci permet de naviguer à travers une librairie de composants afin d’observer leur comportement, de les tester, et même de les développer en live.Plus précisément, l’outil offre un environnement isolé pour développer facilement des composants React. Il permet de voir tous les changements d’état ainsi que leurs props. Chaque composant peut être donc développé de manière générique et être catalogué avec une démo prête à l’emploi. Ce catalogue peut être mis en ligne, comme l’a fait Algolia, où travaille Marie-Laure Thuret.

13h30 : Après le déjeuner, c’est reparti avec Alejandro Manceton qui nous a réveillé avec une superbe démonstration de son API Pizzicato.JS. Sa présentation porte bien son nom:  “Faire du bruit avec Pizzicato.js” car il s’agit d’un framework qui permet d’utiliser l’API web audio native du navigateur pour simplifier la création et la manipulation du son dans celui-ci.

 

Relativement simple d’utilisation pour qui sait coder un peu, il suffit de préciser l’entrée audio (fichier, usb, audio…) et de choisir quelle configuration appliquer au flux.

Pour illustrer ceci, Alejandro branche une guitare électrique à son Mac. L’effet est bluffant et plutôt cool, il gère, via une petite interface graphique, les différents effets et nous montre le rendu en live. Un vrai bijou pour tous les musiciens numériques en herbe à la recherche d’outils de création !

 

 

15h30 : Les conférences se suivent et ne se ressemblent pas ! Il s’agit maintenant d’en apprendre plus sur le WebVR, un standard de VR qui rend possible l’intégration de la réalité virtuelle dans le navigateur, par David Rousset. Proposer des applications en VR aux utilisateurs disposant de casques virtuels sera peut être monnaie courante dans quelques années, c’est pourquoi nous avons suivi avec grand intérêt ses démonstrations.


Le framework JS Babylon.js, qui permet la création de jeu 3D exécutable directement sur le navigateur, supporte WebVR depuis la v2.5.

Comme le montre David sur l’image ci-contre, il est possible d’avoir un rendu sans casque en faisant la simulation avec Mixed Reality Portal sous Windows 10 avec le mode développeur, ce qui est bien pratique quand on connaît le coût d’un casque VR.

 

Pour ceux qui souhaiteraient créer un jeu de ce type, suivez ces conseils pour ne pas rendre vos joueurs sensibles au Motion Sickness : ajustez la fréquence d’affichage à 90 images par seconde pour éviter la latence,  permettez au joueur de se téléporter en cliquant sur des cibles plutôt que de leur laisser la possibilité de se déplacer au pad pour éviter les mouvements d’accélération.

17h00 : La fin du BoW approche et, pour clore cette troisième édition,Raphaël Dubigny nous a présenté, avec beaucoup d’humour, la procédure qu’il a suivie pour construire sa propre alarme contre les cambriolages avec un Raspberry Pi.

Voici les grandes lignes à suivre si, comme lui, vous souhaitez protéger votre appartement. Pour commencer : achetez un chien ! Non, c’est une blague,  il vous faudra plutôt  un Raspberry Pi auquel vous ajouterez une caméra infrarouge, une micro SD 16 Go et un détecteur de mouvement. Le but est qu’une photo soit  prise lors de la détection d’un mouvement. Ajoutez ensuite un module Wifi pour télécharger les photos sur votre drive, puis envoyez une notification SMS dès la prise de photos (gratuit si vous êtes abonné à Free via leur API) pour vous prévenir qu’un malfrat pénètre dans votre demeure. Pour éviter la prise de photos dès que vous entrez chez vous, ajoutez un module Bluetooth puis implémentez une boucle infinie testant si le Bluetooth de votre Smartphone est allumé et ainsi ne déclenchant pas  la prise de vue.

Il est ensuite possible d’améliorer ce système comme bon vous semble avec une ampoule connectée si votre appartement est sombre, une dissuasion sonore, un détecteur de vibration pour vous prévenir avant l’ouverture de porte…

18h00 : Nous ressortons de ce BoW, des étoiles plein les yeux et des idées plein la tête pour de futurs projets !

 

Share
Marine & Jean-Baptiste
Marine & Jean-Baptiste

428

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *